Mode écran

 

Mode tablette

 

Mode mobile

 

Mode print

 

Menu

Le Five

  • Connexion
  • Inscription
  • Réserver !

L'empire du milieu aime le Foot 5

04/06/2017

Ça commence à devenir une habitude : chaque année les meilleures équipes de Foot 5 de la planète se retrouvent dans un cadre exceptionnel pour croiser le fer, avec une seule quête qui anime leur équipe…décrocher le graal de champion du monde.

 

Une édition particulièrement corsée

 

Bien que les organisateurs de cette compétition soient aguerris dans l’exercice d’orchestrer les phases finales de ce qui reste à ce jour la plus grande compétition de Foot5 de la planète (32 pays participants l’année dernière, 44 l’année d’avant), ces derniers n’ont pas été au bout de leur surprises – nous aussi. Du fait de complications liées au autorités chinoises, l’événement avait été décalé in extremis de 1 mois. Aussi, la veille du démarrage officiel des phases finales, on apprenait que 8 équipes manquaient à l’appel car retoquées pour des raisons d’obtention de VISAS. Autant de déstabilisation(s) pour toutes les équipes du globe présentes à Pékin, qui avaient probablement commencé la préparation de leur mondial avec leur groupe en tête.

Ces soubresauts digérés, on découvrira le dispositif mis en place par le comité d’organisation, qui correspond bien à l’aventure exceptionnelle que représente une coupe du monde : des dizaines de volontaires, d’agents de sécurités, des stands avec des animations-jeux pour les spectateurs…le tout dans un stade aux très belles prestations, accueillant en son enceinte deux terrains éphémères, écrans géants et chapiteaux. Avec un speaker local hurlant ses commentaires en mandarin…et même un Fabio Cannavaro (actuel entraineur Tianjin Quanjian FC) qui nous fera l’honneur de venir saluer joueur & staff pendant 2 petites heures.

Pas de doute, c’est bien une coupe du monde !

Une classe d’écart

Malheureusement cette réalité ne s’est peut-être pas imposée d’emblée auprès des joueurs de la Masia Pau, représentante légitime de la France dans cette compétition puisque gratifiée d’un parcours national sans aucune défaite. Mais si ce parcours aura suffi à décrocher billets d’avion et nuits d’hôtel, il ne parviendra pas à faire oublier le fiasco pékinois.

 À aucun moment cette équipe n’est parvenu à inquiéter ses adversaires. Non pas qu’elle n’en avait pas les qualités techniques ou la ressource physique…mais il aura manqué le déclic mental nécessaire à ce type d’enjeu, et le comportement sur le terrain qui va avec. On se souvient de l’édition 2015 avec la 911 Soccer Team qui avait tout donné sur le terrain, jusqu’à rendre ses tripes pour certains, et avait accroché les quarts de finale pour graver à ce jour la meilleure performance de la France pendant une F5WC. On se souvient également de la prise de conscience de KP5 après son 1er match manqué à Bangkok (édition 2016) qui avait livré deux très belles rencontres avant de partir avec des regrets dans les valises.

 

Jour 1

 

Vraiment, ce qu’il a manqué à cette Masia c’est un vent de révolte.

Au premier match d’abord, face à une équipe de Mexico aux accents très Futsal qui imprimera un 4-1 sans appel. Le but de Mathieu Legru aura eu beau ouvrir la perspective…il restera à jamais le seul de la France en 2017. Les Mexicains iront jusqu’en demi-finale et s’octroieront la 3ème place, face à l’équipe d’Espagne…pour qui c’était tout simplement la première fois en avion !

La révolte française n’aura également pas sonné face au Japon, lors du 2ème match, beaucoup plus disputé cette fois-ci. Malheureusement un but concédé sur la seule occasion sino-brésilienne (car le Japon avait des accents cariocas) laissera la France à 0 points à l’issue du Jour 1…tout en laissant un espoir de qualification planer, étant donné la situation défavorable du 4ème du groupe (les Anglais) en termes de goal-average.

 

Jour 2

 

Est-ce que la nuit aura porté conseil à Romain et ses co-équipiers ? Probablement, puisqu’ils se présentent sur le rectangle vert pleins de bonne intentions face à des Anglais dont on se souvient de l’arrivée tardive courant de la nuit précédente, certainement égarés dans les affres de la nuit made in Beijing.

Cependant le miracle n’aura pas lieu : la Masia, comme anesthésiée, encaissera un but casquette par manque de concentration et n’arrivera pas à percer la grande muraille anglaise…qui avait pourtant cédé des scores fleuves face au Japon et au Mexique.

C’est donc officiellement après ce match que le FREXIT est prononcé, pendant que les anglais filent en 8ème de finale, encore tous étonnés de ce qui vient de leur arriver…

 

Des regrets cette équipe peut en avoir, nous ce qu’on retiendra c’est que l’empire du milieu est en train de s’éveiller au Foot 5. Si le e président de la République populaire, Xi Jinping, a fait du développement du football une priorité nationale, les chinois ont été très obéissants : on a jamais vu autant de spectateurs pour une finale de F5WC ! Les USA, grand vainqueurs incontestables, doivent vraiment avoir des souvenirs impérissables. > tous les résultats ici <

Quant à nous, on vous dit à l’année prochaine ;)

 

 

 

 

 

Pour toute information générique sur
Soccer Park (SP Business, dossier de presse, dossier de partenariat), contactez–nous à l'adresse suivante :
contact@soccerpark.fr

Prêt
à jouer ?

Réservez maintenant